Meam

Découvrir le métier d’un ambulancier

Etre un ambulancier c’est faire bien plus que conduire une personne dans un centre de soin le plus vite possible. Il s’agit d’un métier faisant partie de la branche paramédicale qui est aussi chargé d’assurer la survie de la personne jusqu’à ce qu’elle arrive entre les mains d’un médecin traitant ou d’un professionnel d’un centre d’accueil. Le patient pourrait être une personne blessée, malade, handicapée, une personne âgée, etc. qui a besoin de toutes les aides du personnel de l’ambulance du 91e.

Rôle de l’ambulancier

Diverses fonctions sont attribuées à un ambulancier. Il est le premier responsable qui prend en charge les patients en les transportant dans un centre de soin ou un centre d’accueil. Il est possible de faire appel à une ambulance du 91 en cas d’urgence médicale ou bien sur prescription médicale régit par un médecin traitant.

Outre le transport proprement dit, l’ambulancier peut aussi être mené à faire des soins divers à partir du lieu où se trouve le patient jusqu’à ce qu’il arrive chez le professionnel médical. Son objectif est de veiller à maintenir son confort pendant le trajet et de le maintenir en vie. Pour ce faire, il a donc besoin d’avoir des connaissances particulières en secourisme ou en premiers soinspour assurer la prise en charge médicale.

Cette personne est également tenue à veiller au bon état de son ambulance ainsi qu’à l’ensemble du matériel médical. Outre les entretiens réguliers, elle doit aussi savoir stériliser les outils divers.

La gestion d’un journal de bord fait aussi partie de la mission d’un ambulancier ainsi que la réalisation des tâches administratives diverses comme les formulaires concernant le remboursement du transport. Il est généralement aidé par un auxiliaire ambulancier et un chauffeur ambulancier.

Qualités personnelles requises pour le poste

Pour devenir ambulancier, il faut avoir différentes sortes de qualités personnelles. La bonne résistance physique et mentale ainsi que la patience en sont les plus indispensables. Il est également nécessaire d’être poli, discret et de savoir garder le sang froid.

L’ambulancier doit aussi être réactif et avoir un esprit d’initiative. Dans divers cas, ce professionnel a besoin de négocier avec plusieurs personnes. Il doit alors être sociable et doit avoir une grande capacité d’écoute. L’esprit d’équipe est également nécessaire puisqu’il ne pourra pas travailler seul.

En outre, la disponibilité est l’une des qualités requises pour tenir ce poste. L’ambulancier doit être toujours prêt à faire uneintervention de jour comme de nuit.

Et le dernier critère mais qui n’est pas le moindre qu’il faut avoir pour devenir ambulancier est le sens de la responsabilité.

Études et formation pour intégrer le métier

Pour occuper le poste d’ambulancier, il faut voir le diplôme d’Etat d’ambulancier ou DEA. Certes, il est possible de se présenter aux concours avec un niveau de la classe de 3e. Néanmoins, plusieurs candidats disposent d’un diplôme de baccalauréat.

Pour conduire la voiture d’ambulance du 91e, il faut également être titulaire d’un permis de conduire de plus de trois ans et avoir une attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’une ambulance. En outre, l’obtention d’un certificat médical de vaccinations et de formation aux gestes et soins d’urgence (AFGSU) niveau 1 sont aussi obligatoires avant de passer les épreuves pour intégrer les établissements qui préparent au diplôme d’Etat.

Lors de la sélection, il y a plusieurs épreuves à passer. Tous les ambulanciers doivent faire au préalable un stage d’orientation qui dure au moins 140 heures dans une société d’ambulance. Elle comprend des épreuves écrites en français et en arithmétiques. Seuls les auxiliaires ne sont pas contraints de passer par cette étape ainsi que les sapeurs pompiers marseillais et parisiens qui ont déjà trois années d’expérience minimum. Une épreuve d’admission consistant en un entretien avec un jury est aussi obligatoire.

Il faut noter que les titulaires d’un diplôme du secteur sanitaire ou social de type CAP ainsi que les bacheliers sont dispensés de l’épreuve écrite d’admissibilité. De même, les candidats qui ont déjà tenu le poste d’auxiliaire ambulancier d’au moins un an durant les cinq dernières années ne passent pas non plus l’épreuve orale d’admission.

Tous ceux qui sont intéressés par ce métier doivent suivre uneformation donnée par des centres agréés par le ministère de la Santé. A l’issu de cette formation, ils obtiennent un diplôme d’Etat leur permettant de travailler dans des corps d’ambulance du 91e. Elle est payante mais une prise en charge est possible dans le cas d’une formation continue. Sa durée est comprise entre deux et quatre mois. Selon les cas, elle peut être à temps complet ou partiel. Elle comprend 630 heures de formations théoriques et cliniques qui ont lieu dans des instituts et en stage chez un transporteur habilité.

Salaires et évolution de carrière

Au moment où l’ambulancier prend son métier après sa formation, c’est-à-dire quand il est titulaire du diplôme d’Etat, kl touche le S.M.I.C. En quelques mois, son salaire peut dépasser les 2 000 euros. Cette augmentation dépend en grande partie de l’entreprise qui l’emploie.

Comme il y a aussi des ambulanciers indépendants qui travaillent pour leur propre compte, ils peuvent gagner plus. Cependant, ils ont besoin de faire un investissement important pour avoir tous les matériels nécessaires. Pour l’achat du véhicule en particulier, ils doivent préparer entre 30 000 net 80 000 euros.

Selon ses envies, un conducteur ambulancier est libre de choisir entre une spécialisation pour le transport sanitaire d’urgence ou le transport sanitaire pédiatrique.

Pour ce qui est de l’évolution de carrière d’un employé dans une entité d’ambulance du 91e, une promotion est envisageable. Pour cela, il faut passer quelques années de pratique. Un conducteur ambulancier peut devenir régulateur. Il ne sera plus chargé de conduire le véhicule d’ambulance mais plutôt de prendre les appels, coordonner les requêtes et établir le planning des courses ou des interventions.

Il est même possible qu’un conducteur ambulancier ayant de l’expérience ouvre son propre entreprise et tenir le poste de chef d’entreprise en libéral. Dans ce cas, il aura besoin d’agrément des services préfectoraux. Il devra également avoir un véhicule conforme aux exigences de la profession.

 

 

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide